AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Par une douce nuit [PV Byakuya]

Aller en bas 
AuteurMessage
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Ven 20 Nov - 23:44

Le soleil commençait enfin à décliner au dessus de la Soul Society, annonçant l’arrivée prochaine de la nuit tant attendue par certains. En effet, si certains shinigamis appréciaient énormément la journée, d’autres guettaient avec plus d’impatience l’arrivée de l’astre lunaire, symbole de la fin d’une journée bien remplie et épuisante. Et cette préférence nocturne se retrouvait très souvent essentiellement concentrée au sein de la Quatrième Division. Oh, il ne fallait pas s’y méprendre. Chaque shinigami appartenant à cette division aimait son travail et s’y consacré avec le plus grand sérieux. Le cas contraire, ils n’auraient pas demandé à être affecté à la Division des soins ou tout au moins n’y seraient pas restés longtemps.

Non, les shinigamis de la Quatrième Division aimaient pour la plupart leur travail, mais ils étaient souvent ceux qui connaissaient les journées les plus chargées. Certes, ils ne partaient pas au combat, ne se rendant au front que lorsque l’on comptait des blessés nécessitent des soins urgents avant de pouvoir être déplacés. Mais l’aile de soin de la Division était quotidiennement sollicité par de très nombreux patients, très souvent en provenance de la 11eme Division, que cela soit à la suite de missions s’étant moins bien passées que prévu ou suite à quelques entraînements rigoureux imposés par certains capitaines. Là encore, la carte de fidélité, que certains commençaient à envisager d’attribuer à certaines Divisions, la mieux remplie était incontestablement celle de la Onzième. Mais bon, Zaraki ne serait pas Zaraki s’il n’expédiait pas quotidiennement au moins cinq de ses hommes à l’infirmerie.

Quoi qu’il en soit, rien que la partie principale de leurs fonctions occupaient pleinement les journées des shinigamis de la Quatrième Division. Et c’était sans rajouter les tâches annexes qui leur incombaient. Tout cela pour dire que ces shinigamis appréciaient particulièrement les dernières lueurs du jour qui leur annonçaient la fin proche de leur service et la très prochaine prise en charge de locaux pas l’équipe de nuit. Car il était impossible de laisser la Quatrième Division sans intendance, la nuit. Les malades et les blessés requerraient une attention de tous le moments et les nouvelles arrivées à des heures indues n’étaient pas choses rare.

Assise à son bureau, traitant quelques derniers dossiers plus ou moins urgent, Retsu appréciait également ces moments d’accalmie, lorsque le Seireitei s’apprêtait à sombrer dans la douce somnolence nocturne. Sa journée avait longue, sans compter sa rencontre matinale avec Tôsen et elle ne nierait pas fortement apprécier pouvoir enfin prendre un peu de repos. Aussi apposa-t-elle sa signature sur le dernier dossier avec un soulagement mélanger à sa satisfaction. Elle avait enfin terminé. Elle posa les dossiers sur le bord de son bureau pour qu’Isane puisse par la suite les récupérer et se leva, étirant légèrement se membres. Un regard par la porte fenêtre coulissante lui apprit qu’elle avait passé plus de temps dans ces derniers dossiers qu’elle ne l’aurait cru, puisque le soleil était à présent couché. Mais il n’était pas rare qu’un capitaine fasse des heures nocturnes, n’est-ce pas?

Quittant finalement son bureau après avoir soufflé les bougies, Retsu fit un détour par certaines chambres, vérifiant l’état des blessés le plus graves. Mais tout était en ordre, et les patients se reposaient tranquillement dans leur lit, shinigamis de la onzième compris après son passage. Rassurée, Retsu salua ses subordonnés et prit le chemin la menant à la sortir du bâtiment. Arrivée dehors elle inspira profondément l’air frais de la nuit et un léger sourire étira ses lèvres. C’était une belle nuit, et malgré sa légère fatigue, Retsu ne se sentait pas de regagner immédiatement ses quartiers. Elle se décida donc à faire une petite promenade. Elle laissa donc ses pas la porter, au hasard, marchant à une allure tranquille. Les shinigamis qu’elle croisait s’écartaient respectueusement tout en la saluant, lui souhaitant même pour certains une bonne nuit. Retsu leur répondait à tous d’un sourire et d’un léger mouvement de tête, voir même de quelques mots pour les têtes plus connues.

Ses pas la menèrent finalement dans les ruelles paisibles du Seireitei, à l’écart de l’agitation encore présente des diverses Divisions. Ne rencontrant plus que de très rares shinigamis, Retsu pu alors commencer à savourer le calme et la douceur de la nuit. C’était une chose qu’elle aimait beaucoup, et ce depuis très longtemps. Avant même de devenir capitaine de la Quatrième Division. De nombreux siècles, en somme. Et même si le ciel, la lune et les étoiles restaient sensiblement les mêmes, nuit après nuit, elle ne se lassait jamais de ce spectacle. Arrivée dans un espace un peu plus dégagé, Retsu s’approcha d’un petit muré et s’y percha avec grâce. Elle avait envie de se poser un peu.

Elle ne pouvait dire depuis combien de temps elle était là, à regarder seule le ciel étoilé, quand finalement elle perçut un reiatsu approcher. Un reiatsu puissant mais parfaitement contrôlé qu’elle reconnaissait aisément. Pas vraiment surprise de cette présence, elle laissa la personne approcher, jusqu’à ce enfin ses yeux puisse la voir. Un sourire doux étira à nouveau se lèvres et sa voix était amicale lorsqu’elle prit la parole.

« Bonsoir, Kuchiki-taisho. C’est une bien belle nuit pour se promener, n’est-ce pas? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuchiki Byakuya
Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
• Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
avatar

Masculin Messages : 508
Age : 35

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
938/6000  (938/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Dim 22 Nov - 23:31

La nuit régnait de par son rideau sombre sur l'ensemble du Seireitei, arborant ses étoiles scintillantes tandis que la lune de son éclat pâle et de son apparence veule semblait en être la reine.. Les rues étaient silencieuses au abords du Rukongai, précieusement éclairées par les lanternes blanches. Le vent était frai certes, mais pas encore suffisamment mordant pour rebuter un quelconque promeneur nocturne. Les nuages étaient peu nombreux en ces cieux si sombres, laissant à loisir l'astre de la nuit reflèter les ombres des arbres et des bâtiments sur les murs immaculés. Seules parfois, quelques feuilles emportées par les bourrasques irrégulières de Zéphyr, s'échouaient sur les pavés taillés du sol.

Un peu plus loin dans la rue, des pas lents et mesurés se faisaient entendre. Une ombre fine et élégante se démarquait sur le rebord du mur d'enceinte. Loin de toute agitations, la luminosité transmise par le croissant de lune, l'on put distinguer les quelques traits du promeneur solitaire qui n'était autre que le capitaine de la 6e division. Son visage blême de naturel ne laissait entrevoir que cette indifférence parfaitement travaillée depuis des années, souligné par un regard des plus neutre et un peu lointain. Les mèches de ses cheveux, parfaitement emprisonnées sous le Kenseikaan, barraient ses traits fins et emprunt de noblesse, se soulevant à peine sous sa démarche sans heurt. Ses bras tombaient le long de son corps accompagnant ses mouvements, qui trahissait un peu son état songeur.

La journée qui venait de se dérouler n'était en rien différente de la précédente. Tout du moins de son point de vue. Comme chaque jour il avait remplit ses devoirs envers ce pourquoi il était capitaine, et comme chaque nuit, il profitait de cet univers si unique pour s'évader un temps soit peu. C'était étrange de voir que tant d'éléments et d'être pouvaient être si différent quand la nuit frappait à leurs portes. Mais ce qui plaisait le plus à notre noble, ce n'était simplement que cette plénitude qui paraissait vouloir s'éprendre de lui même. Le fait de pouvoir écouter le silence sans que cela ne soit pesant. Cette solitude qui l'accompagnait depuis plus de cinquante ans,il n'en parlait jamais à quiconque, ceci n'était guère une chose à révéler de toute manière, car ce ne serait que pure faiblesse de sa part et indigne de sa condition. Alors oui, les nuits étaient en quelque sorte, une façon pour lui de communier cette solitude à celle qui se complaisait sous ce ciel étoilé.

Hors donc, en cette nuit si propice, Byakuya s'était éclipser de son bureau, non sans avoir terminé les dossiers qui encombraient son bureau. Le vent frais avait chasser quelque peu la lassitude qui s'était épris de lui sous le labeur administratif,. Le shinigami n'avait nul envie de rejoindre sa demeure, et s'était offert en contre partie, l'idée de retourner après ce moment d'évasion un peu de repos en sa propre division. Sous cette apparence stoïque et insondable, Byakuya laissait à loisir ses pensés s'égarer sur certaines réminiscence relatant un passé désormais révolu..cela pouvait paraître comme du regret, mais c'était surtout une manière pour ne point omettre les choses les plus précieuses qu'il avait connue. S'éloignant toujours un peu plus loin dans les méandres des rues et des bâtiments, le noble bifurqua sur sa droite, faisant claquer sous ses pas, son Haori. Le silence était tel qu'il lui était aisé d'écouter le froissement de son propre uniforme.. ce n'était pas une chose qu'il appréciait réellement, cela avait même pour habitude de l'agacer, alors sans bien sure que cela ne se remarque.

Soudain, ses pensées fugaces furent interrompues par une présence douce, mais puissante. Un reiatsu qui lui était familier et tranquille. Pusi une voix s'éleva enfin, l'appelant par son rang. Le noble s'approcha encore de quelques pas et leva à peine les yeux pour apercevoir sur le dessus du muret, Unohana Taisho. Cette dernière l'observait avec un sourire doux au visage. A cela, Byakuya inclina légèrement du chef et dit de sa voix monocorde:

- Bonsoir, Unohana Taisho.

Il ne répondit point, pleinement conscient que ce n'était là qu'une question d'usage et non, un réel intérêt. L'astre de la nuit accentuait pas son éclat les traits pâles de notre jeune capitaine, qui avait cesser toute progression, alors que ses yeux anthracites et neutre fixait sa collègue, avec toute fois un certain respect. Il rajouta toute fois, brisant ainsi le petit silence qui venait à peine de s'installer entre eux:

- Je vous le concède.

_________________




Dernière édition par Kuchiki Byakuya le Lun 14 Déc - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachpendulum.forumactif.com/forum.htm
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Lun 23 Nov - 17:39

En cette douce nuit, Retsu ne s’attendait pas vraiment à trouver un autre promeneur, comme elle. Oh, pas qu’elle soit la seule capable d’apprécier les vertus apaisantes de l’astre nocturne, non, loin de là. Il lui était souvent arrivé de passer quelques heures avec Ukitake et Kyoraku, depuis le temps qu’ils étaient tous les trois capitaines. Mais la présence de sake ne rendait pas le moment fort paisible, Kyoraku buvant pour trois, et les deux autres capitaines se contentant d’une coupelle, voir rien du tout pour Ukitake, Retsu veillant au grain.

Non, c’était surtout que cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas croisé l’un de ses collègues, lors de ses petites excursions nocturnes. La majorité d’entre eux regagnait directement ses quartiers après leurs journées plus que chargées, à l’exception peut être de Kurotsuchi, qui passait probablement souvent la nuit dans son laboratoire à travailler sur une quelconque expérience. Néanmoins, si Retsu était un rien surprise de sa trouver de la compagnie, l’identité du capitaine promeneur ne l’étonnait aucunement. Malgré son visage impassible, voir froid, Retsu se doutait que Byakuya était le genre d’homme à apprécier ce genre d’excursion, pour profiter du calme nocturne et se détendre d’une dure journée de labeur.

Elle répondit à son salut d’un mouvement de tête agrémenté d’un sourire un peu plus chaleureux. Elle ne se formalisait nullement de l’attitude du capitaine de la Sixième Division. Elle le connaissait, et pas seulement parce qu’ils étaient collègues. Retsu l’avait vu grandir, d’une certaine façon. Sans oublier qu’elle avait connu son grand père, Kuchiki Ginrei, le précédent capitaine de la Sixième Division et ancien chef du clan Kuchiki. Oui, dans sa longue vie, Retsu en avait connu, des Kuchiki, elle savait bien comment ils fonctionnaient. Cela faisait bien longtemps qu’elle avait cessé de se formaliser de leur façon d’être. A chacun son masque social.

Elle fut agréablement surprise néanmoins ne constater que si Byakuya restait fidele à lui-même dans son comportement et ses paroles, ce dernier n’avait pas continué sa route après l’avoir saluée. Non, il s’était immobilisé non loin d’elle et l’observait toujours. Était-ce par politesse ou parce que de la compagnie, ou du moins la sienne, ne le dérangeait pas vraiment ? Retsu décida d’en avoir le cœur net.

« Il y a un endroit où vous devez vous rendre, ou alors faites vous comme moi et cherchez vous à simplement profiter du calme nocturne ? »

Cela pourrait paître indiscret, cela l’était sûrement, mais il était difficile d’en vouloir à Retsu quand elle s’adressait à vous avec cette gentillesse et cette douceur présentes tant dans sa voix, que son sourire ou son regard. Rares étaient les personnes immunisées contre la force tranquille et apaisante de ce petit bout de femme. D’un seul de ses sourires, elle apaisait les cœurs et les âmes, ou bien effrayaient au plus haut point les brutes les plus épaisses du Seireitei, selon la situation. Même si Rets ne comprenait pas toujours pourquoi ses sourires faisaient si peur à la Onzième Division. Allez comprendre…

« Si vous n’avez rien de prévu, accepteriez vous de partager une tasse de thé en ma compagnie ? »

Son doux sourire s’accentua tandis qu’elle sortait d’on ne sait trop où une petite théière et deux tasses. Matsumoto et Kyoraku faisaient jaillir les bouteilles de sake de leurs manches ou autres lieux improbables de leurs vêtements, tels des prestidigitateurs s’affairant ensuite à faire disparaitre la boisson en un clin d’œil. Retsu, elle, faisait apparaitre de la même manière du thé ou autre tisane. C’était tout de même meilleur pour la santé que le sake. Personne n’avait jamais trouvé sa cachette ni compris comment elle faisait à se promener avec tout cela en concevant le thé toujours chaud, et le tout avec une grande fraicheur faisant penser qu’elle venait à peine de le faire. Un mystère de plus à l’actif d’Unohana Retsu.

Souriante, elle attendit la réponse de Byakuya. Oh, elle ne le forcerait en rien, bien sûr. Elle n’aimait pas forcer les gens à faire ce qu’ils ne voulaient pas, à moins que cela concerne leur santé car là, elle se montrait intransigeante. Tout en douceur, mais intransigeante. On ne plaisantait pas avec la santé. Non, elle ne le forçait en rien à lui tenir compagnie. Mais elle apprécierait vraiment de boire une tasse de thé avec l’un des capitaines les plus calmes du Seireitei. Ce serait en un sens reposant, une continuation de cette belle nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuchiki Byakuya
Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
• Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
avatar

Masculin Messages : 508
Age : 35

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
938/6000  (938/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Mar 24 Nov - 14:42

Un modeste silence s'installa juste après la première demande formuler par Unohana. Une question aux allures indiscrètes mais nullement contraignante. A cela, le chef de clan détourna un instant son regard ombrageux, à peine visible sous la luminosité de la lune, qui de son croissant semblait le jauger. Byakuya n'avait nullement l'intention de se rendre quelque part en particulier, si ce n'était que pour être seul avec lui même. Mais étrangement la compagnie de cette femme ne le dérangeait pas. En vérité jamais elle ne l'avait déranger, appréciant le fait que jamais elle ne cherchait vraiment à lui reprocher son aspect stoïque et mesuré, comme si l'erreur ne lui était jamais permis.

Ses poumons inspirèrent profondément et discrètement l'air frais de cette nuit, laissant son esprit las reprendre un peu plus de vivacité, avant de renoncer à se replonger dans les réminiscences dont personne n'en était le confident. Ses yeux perçant et neutre observèrent à nouveau le capitaine de la 4e division et de sa voix atone il formula enfin :


- Je me complaisais simplement à me promener.

Il était assez étrange que de voir deux des capitaines les plus calmes se confronter . L'un avait un visage dépourvut de toute expression, n'arborant qu'impassibilité et indifférence en son regard, tandis que le second était empli d'une douceur peu commune voir presque irréel sous ses longs cheveux sombre et se sourire harmonieux. Le sourire... voila une chose qui ne faisait en aucun cas des prorogatives de Byakuya. Certains n'imaginait même pas qu'il puisse l'avoir fait un jour.. ce n'est qu'un tord..une fut un temps où il usait de cette grimace si agréable, un si petit exercice pour les zygomatiques, qu'il réfutait pleinement en ce jour. Une bourrasque passa telle une voleuse, et vint soulever sans une once de vergogne les mèches de cheveux qui retombaient volontairement sur ses traits noble et fixes, avant de s'en aller un peu plus loin en un petit sifflement, annonçant l'hiver proche.

Une fois de plus la voix de sa collègue intervint en ce moment de silence, pour lui proposer de prendre le thé. Voila bien une curieuse idée, alors qu'ils étaient pour ainsi dire nullement dans un endroit pour boire une telle chose. Enfin selon sa propre logique cartésienne. Aussi, Byakuya ne put retenir un haussement de sourcils devant l'action d'Unohana. En effet elle avait retirer de sa manche une théière, d'où les fumerolles blanche annonçaient que le thé venait tout juste d'être préparer. Le zéphyr taquin et provoquant, fit parvenir aux narines de notre chef de clan, ce doux arôme qui réchappait du contenant.. comme pour approfondir l'invitation du capitaine de la 4e division. D'une autre manière de voir les choses, il aurait été impolie de refuser, sachant que d'un autre côté, elle ne semblait pas vouloir le contraindre.


-...

Byakuya se contenta d'incliner du chef comme pour concéder à sa requête et d'un shunpo il rejoignit donc sa collègue sur le muret, et comme le voulait son éducation, il s'assit parfaitement, revêtant la position traditionnelle. Ainsi fait, ils étaient désormais face à face, et leurs expressions communes étaient bien plus percevable que précédemment. Son étole blanche claquait de manière irrégulière en son dos, tendis que de son regard il observait poliment son hôte qui arborait toujours cet air si doux....une douceur qui parfois effrayait même le plus téméraire des shinigamis. Il n'y avait qu'a voir l'expression plus que pâles de certains homme de la 11e division quand elle leurs adressait parfois la parole. Byakuya, lui n'imposait le silence à ses homme que par son impassibilité, son rang et sa froideur..là était la différence.

*La crainte et le pouvoir...*

Cette pensée ne lui plaisait qu'a moitié, mais c'était ainsi qu'il imposait son autorité, alors que depuis certains faits, il s'intéressait un peu plus à ses hommes, tout en gardant ce même faux semblant. Cette apparence que beaucoup pensait et en cela de manière erronée..emplie de vérité. Ses yeux résolument neutre, glissèrent un instant sur la course du ciel, avant de reporter leurs attentions sur le visage de capitaine de la 4e division, sans proférer une seule parole. Défiant presque silencieusement cette femme à lire en lui comme un livre ouvert..

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachpendulum.forumactif.com/forum.htm
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Dim 29 Nov - 17:20

Aussi calme et douce qu’à son habitude, Retsu observait la silhouette de Byakuya, en contrebas, attendant sa réponse. Car réponse elle aurait, elle le savait. Sous son masque froid et hautain, Byakuya avait une éducation sans faille et il ne lui viendrait pas à l’idée de se montrer impolis vis-à-vis d’elle. Elle lui laissa ainsi tout le loisir de trouver la meilleure formulation possible, qui lui conviendrait le mieux et qui n’offenserait pas Retsu. La capitaine avait déjà observé ce comportement à de nombreuses reprises par le passé, et cela l’amusait gentiment, même si elle n’en montrait rien. Les Kuchiki étaient si à cheval sur les conventions et sur les règles de bonne conduite en société, même réduite.

Retsu accueillit la première réponse de son collègue d’un léger mouvement de tête et d’un sourire à peine plus appuyé. Elle n’attendit pas longtemps avant de lui proposer de boire du thé en sa compagnie. Et malgré l’obscurité nocturne, l’astre lunaire et quelques torches à proximité fournissaient suffisamment d’éclairage pour permettre à Retsu d’apercevoir l’expression de Byakuya. Comme elle s’en était douté, sa proposition avait surpris la capitaine de la Sixième Division. Elle retint avec la force de l’habitude un léger gloussement amusé, et seul un infime étirement de son sourire traduisit ses pensées. Retsu adorait surprendre ses hommes, en faisant jaillir du thé ou autre à l’improviste, mais elle était ravie de voir que son petit tour faisait aussi de l’effet à ses collègues.

Immobile et silencieuse comme une douce et belle poupée de porcelaine, la capitaine de la Quatrième Division attendit la réponse de Byakuya. Oh, elle ne le forcerait nullement à rester s’il ne le désirait pas, ce n’était pas dans son caractère, mais elle espérait sincèrement qu’il accepterait de lui accorder un peu de son temps. La compagnie du silencieux et calme capitaine ne serait pas désagréable, au sein de cette belle nuit. Cela changerait agréablement Retsu des joyeuses chamailleries auxquelles s se livraient parfois Kyoraku et Uikitake quand ils étaient réunis. Rien de bien méchant, et c’était seulement quand ils étaient particulièrement de bonne humeur et que le capitaine de la Huitième Division avait dépassé les deux bouteilles de sake… ce qui arrivait souvent, quand on y songeait… Enfin bref, Retsu aimait beaucoup ce moments partagés entre les trois plus anciens capitaines, le commandant mis à part, mais elle ne refusait pas un peu de calme apaisant, surtout dans ces circonstances.

La réponse de Byakuya ne se fit pas trop attendre et Retsu accueillit avec un sourire un peu plus chaleureux l’arrivée de son collègues à ses côtés. Même si l’idée la taquina, Retsu ne fit aucun commentaire quand au maintien impeccable de Byakuya. Elle lui aurait bien dit qu’il n’avait nul besoin de rester aussi guindé en sa présence; qu’il n’y avait personne d’autre pour les voir et qu’il pouvait ainsi se détendre un peu, mais elle savait que cela ne servirait à rien. Certaines pensaient semblaient trotter dans l’esprit du capitaine de la Sixième Division, aussi Retsu le laissa-t-elle terminer tranquillement tout ça. Déposant les deux tasses sur le muret, elle commença à servir le thé, avec douceur et une grande dextérité, témoignant de siècles de pratique. Reposant la théière de l’autre côté de son corps, elle observa un moment la fumée odorante s’élever des deux tasses avant d’en saisir une avec délicatesse et la tendre à son collègues.

« Voilà. Faîtes attention, il est encore assez chaud. C’est un thé spéciale que je prépare moi-même, mélangé à certaines plantes aux vertus particulièrement apaisantes. Elle est idéales en fin de journée, pour se détendre après une journée bien remplie… »

Une fois la tasse entre les mains de Byakuya, Retsu se saisit doucement de la sienne, et la porta à se lèvres l’entourant de ses deux mains, et soufflant doucement sur le breuvage, avant d’en prendre une gorgée. Elle ferma les yeux un instant, savourant l’arôme agréable de la boisson, laissant son parfum envahir son sens de l’odorat. Oui, c’était vraiment l’idéal, pour se détendre. Écartant ensuite légèrement la tasse de son visage, elle rouvrit les yeux et les reposa sur le visage de Byakuya, son doux sourire toujours bien présent.

« Quelque chose semble vous préoccuper. Un problème avec votre Division, ou bien votre fukutaisho qui a fait du zèle avec un profond enthousiasme ? »

Il y avait une curiosité polie dans sa voix même si réelle. Retsu avait abordé avec douceur et naturel un sujet basique entre deux capitaines, à savoir le bon fonctionnement de leur Division. Généralement, parler de leurs divisions respectives avait tendance à détendre les capitaines, les mettre plus à l’aise pour commencer une discussion. C’était un sujet d’introduction neutre et qui laissait toute liberté à l’interlocuteur de répondre comme bon lui semblait. Oh, Retsu ne tenait pas forcément à parler travail, mais avec quelque un comme Kuchiki Byakuya, un peu de neutralité ne ferait pas forcément de mal, pour commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuchiki Byakuya
Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
• Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
avatar

Masculin Messages : 508
Age : 35

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
938/6000  (938/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Dim 29 Nov - 23:38


Sous un silence nullement pesant, Byakuya observa les gestes simples et délicats du capitaine de la quatrième Division, alors qu'elle s'évertuait à verser le thé. En cela, ses yeux ombrageux se perdirent un instant sur la surface ambré du liquide, dont l'arôme parvenait à ses narines avec délice et vertu, laissant son esprit s'égarer sur quelques réminiscences fugaces, avant de revenir sur l'instant présent. Son regard se redressa lorsqu'enfin Unohana lui présenta sa tasse tout en l'avertissant de la chaleur brûlante du contenant. Le noble inclina partiellement son visage toujours aussi dépourvu d'expression, afin de la remercié, puis s'empara de ses mains gantés de la tasse.

Petit à petit, une douce sensation s'ancra en ses phalanges, pour se diffuser par delà ses ses veines, et réchauffer son être, qui due fait de l'immobilité, commençait à s'engourdir un peu. En effet, même si la nuit était des plus belle, la température l'était un peu moins, au vu de l'approche de l'hiver. D'un mouvement qui respirait la noblesse, Byakuya porta à ses lèvres son thé et souffla très légèrement, avant d'en boire une gorgée salvatrice. Se faisant, ses trois mèches aussi noire que l'ébène vinrent lui chatouiller ses doigts pâlis par la fraicheur des lieux. Le liquide chaud se rependit en son être tout entier, apportant bien fait et réconfort, laissant encore en ses papilles un goût des plus délicieux. La capitaine n'avait nullement menti quand au valeur de son thé. Un court instant ses paupière se fermèrent, comme pour savourer encore un instant cette sensation, puis dévoilèrent à nouveau ses deux orbes anthracites, qui se portèrent sur l'apparence douce et calme d'Unohana. Elle même semblait savourer en paix sa tasse, alors qu'il reposait la sienne avec autant de contrôle et d'élégance, que son éducation lui avait apporter, sur la surface plane du muret.

Sous ce silence, les paroles proférées par Ukitake, il n'y avait point si longtemps lui revinrent...Des mots simples qui soupesaient un regard qui avait été plus scrutateurs et éloquents que tout le reste. De manière détournée et combien même cela ne lui avait plut, Byakuya avait été remit à sa place. Il ne pouvait que l'accepter, car il avait été excessif. Sur le moment il n'avait éprouvé qu'un profond agacement. De la frustration d'avoir été si simplement rappeler à l'ordre, quand à ses fonctions. Il était rare qu'il commette une telle chose, lui qui semblait réglé telle une horloge. Le fait est, que dès qu'il s'agissait de Rukia tout devenait épineux et minutieux pour lui, quelque soit la personne où les circonstances, et si cela lui valait ce genre de situation et bien soit...D'un imperceptible froncement de sourcils, le noble chassa ses pensés et respira lentement l'air du soir, ramenant le calme en son esprit.

Son ainée lui porta un certain intérêt, et lui demanda d'une voix qui lui était propre, si quelque chose le préoccupait. Non ce n'était point exacte. L'exactitude de ses paroles étaient tout autre....en réalité elle avait perçut son désarroi et n'avait formuler qu'une simple question des plus basique afin de l'amener à parler plus aisément. Cette femme avait toujours sut révéler les choses avec une douceur et une subtilité que lui même ne savait en user. Lentement, il reprit sa coupe entre ses doigts, laissant à nouveau la chaleur s'éprendre de lui même, avant de proférer dune voix atone, mais polie :


-Mon Fukutaisho n'est point la cause de mes préoccupations Unohana Taisho.

Cela était très laconique, mais s'était quelque peu sa manière de répondre à une question qui venant d'une tout autre personne se serait vu offert un profond dédain de sa part. Ses lèvres se portèrent à nouveaux à sa tasse mais ne bu point, puis finalement rabaissa le contenant, alors que ses yeux fixaient avec respect sa collègue toujours silencieuse, comme si elle s'attendait à une autre manifestation de sa part...ce qui fut le cas :

- Pensez vous que je me défie trop de nos collègues?

La question était pour le moins déroutante, surtout quand elle provenait de sa propre bouche, mais Byakuya était reconnu aussi pour sa manière de surprendre en bien des façons, alors que ses traits étaient impeccablement peint d'indifférence et d'impassibilité,tout en buvant cette fois si son thé encore bien chaud et salvateur. Laissant ainsi pleinement le temps à Unohana de lui répondre.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachpendulum.forumactif.com/forum.htm
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Lun 30 Nov - 14:45

Savourant son propre thé, Retsu observait du coin de l’œil les réactions de son collègue. Un léger sourire satisfait étira ses lèvres quand elle constata que son breuvage ne faiblissait pas à sa réputation. Son effet apaisant semblait affecter progressivement Byakuya, l’aidant à se détendre un peu. C’était pour cela que Retsu avait choisi la voie de la médecine. Pour pouvoir soigner les autres, que cela soit au niveau physique ou moral. Et a ses yeux, apporter un peu d’apaisement entrait dans son champs d’action. Aussi préparait-elle toujours son thé avec beaucoup d’application, toujours prête à en partager avec des personnes qui en auraient besoin, plus que pour elle-même.

Et voir le droit et « rigide », sans connotation négative aucune de sa part, capitaine de la Sixième Division se détendre un peu, même imperceptiblement, était une douce victoire et une source de satisfaction. Elle avait bien accompli sa tâche. Elle pouvait savourer tranquillement son thé. Néanmoins, sa « tache » n’était pas terminée. En effet, il lui avait semblé sentir une certaine… contrariété, chez son collègue. Il n’aurait peut être pas envie de lui faire part, mais Retsu tenta tout de même sa chance, tout en douceur et gentillesse. En parler pourrait peut être soulager, ne serait ce qu’un peu, l’esprit de Byakuya. La capitaine de la Quatrième Division ne le forcerait en rien, mais s’il avait envie de parler, elle était prête à lui fournir une oreille amicale.

Elle fut satisfaite de l’entendre commencer à lui fournir une réponse. S’il acceptait de partager ce qui le tracassait avec elle, elle pourrait peut être faire quelque chose pour l’aider, ne serait ce qu’un peu. Elle se contenta d’acquiescer en silence, reprenant une gorgée de thé, sans quitter son vis-à-vis des yeux. Sans prononcer le moindre mot, Rets attendit gentiment que Byakuya développe. Car cela se voyait dans son attitude, qu’il allait poursuivre. Oh, rien de flagrant, mais Retsu avait l’œil, depuis le temps.

La suite cependant… la prit par surprise. Oui, elle l’avouait sans honte, elle ne s’était pas du tout attendue à la question de Byakuya, Sa surprise se traduisit par un léger haussement de sourcil et par un faible rétrécissement de son sourire. L’aura de douceur qu’elle dégageait n’avait cependant pas changé, conditionnée par des siècles de pratique et d’habitude. Elle se reprit rapidement, et son sourire s’étira à nouveau un peu plus.

« Eh bien voilà une question tout à fait inattendue de votre part, Kuchiki-taisho. »

Aucune moquerie dans ses propos, juste une contestation faite sur un ton amical. Elle prit une nouvelle gorgée de thé, réfléchissant à sa réponse. Retsu était une femme honnête, qui pratiquait plus l’omission que le mensonge. Mais dans cette situation, avec Byakuya qui faisait preuve de franchise envers elle, elle ne pouvait que répondre de la même manière. Elle prit quelques secondes avant de laisser à nouveau les mots franchir ses lèvres.

« Je ne peux répondre entièrement à cette question, Kuchiki-taisho, étant donné qu’une grande partie ne concerne que votre propre ressenti et que j’ignore sa teneur. Je ne peux m’exprimer que sur ce que vous laissez paraitre. »

Elle s’interrompit, le temps de prendre une nouvelle gorgée de thé, puis se tourna à nouveau vers Byakuya, plongeant son regard dans le sien.

« Si l’on devait s’arrêter aux apparences, il est vrai qu’il serait facile de penser que vous êtes quelqu’un de froid, ne faisant confiance à personne et ne souhaitant pas particulièrement se lier avec les autres taishos… »

Ses paroles pouvaient paraitre dures, mais Retsu les faisait passer avec douceur, atténuant grandement leur impact. Mais de toute manière, là n’était pas le sens réel de son message. Aussi continua-t-elle immédiatement, toujours sur le même ton.

« Mais j’ai de très longues années d’expérience derrière moi, vous savez. J’ai connu votre prédécesseur. J’ai ainsi plus d’une fois pu voir l’éducation donnée au clan Kuchiki à l’œuvre. La façade sociale ne correspond pas toujours à l’identité de la personne derrière le masque… »

Retsu termina sa tasse et s’en servit une nouvelle. Elle s’était abstenu de préciser qu’elle connaissait, en un sens, Byakuya depuis qu’il était tout petit et qu’elle avait observé, même si de loin, son évolution.

« Et vous, qu’en pensez-vous ? Vous estimez vous trop distant par rapport à vos collègues taishos ? Nous pensez-vous indigne de confiance ?»

Il n’y avait aucune agressivité, aucun reproche dans sa dernière question. Retsu voulait simplement essayer de voir un peu plus le monde à travers les yeux de Byakuya, pour essayer de le comprendre un peu mieux. Retsu essayait le plus possible de comprendre ses collègues, afin de facilités leurs interactions. Et puisque Byakuya avait accepté d’ouvrir un pan, même petit, de la muraille, elle allait se permettre d’approfondir tout cela, et voir jusqu’où le chef du clan Kuchiki autoriserait cet échange…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuchiki Byakuya
Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
• Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
avatar

Masculin Messages : 508
Age : 35

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
938/6000  (938/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Lun 30 Nov - 17:35



Les fumerolles éphémères dégager par le thé, envoutaient son odorat, tandis que de ses lèvres il goutait encore à ce liquide si réchauffant en son être. Mais se n'était là qu'une manière de se prémunir des réponses de son interlocutrice, qui avait pris un court instant pour lui révéler le fond de sa pensée, sur cette simple question, dépourvut de tout ornement et faribole inutile. Le vent forcit un peu sur le mure et souleva sur son passage les mèches emprisonnées par son Keisenkaan, tout en offrant une caresse froide à sa peau nue et pâle.

En son esprit si rationnel, Byakuya analysait méthodiquement les quelques paroles du capitaine de la quatrième Division, tout en affichant cette façade si constante et si imperturbable.. comme si sa réponse était telle qu'il l'imaginait. Il y avait cependant une part de vérité en cela... Le noble n'avait jamais tenu à partager quoi que ce fut avec les autres capitaines, si ce n'est des avis professionnels, et cela lui paraissait correcte. Parler de lui même n'était point une chose essentiel à son sens, non le plus important s'était de tenir dignement son rôle qui était sien. C'était comme le soulignait si bien sa collègue un masque promulgué par l'éducation. Une apparence qu'il n'était nullement prêt à briser sous le cartel de sa fierté.

Leurs regards se croisèrent alors que de ses doigts il écartait la coupe de ses lèvres. Il n'y avait là aucun jugement, mais simplement des faits établis. C'est ce qu'il appréciait silencieusement envers Unohana. Cette femme bien qu'impresionnante et si douce à la fois, savait automatiquement voir les choses telles qu'elles étaient, et ne cherchait point à en transformer les aspects. C'est surement d'ailleurs pour cela que le capitaine de la sixième Division avait estimé juste de promulgué une telle interrogation. La chaleur s'était dissipé en son corps, et un petit frisson se manifesta en son dos, avant d'être réprimé par son sefl control et ce de manière plus que discrète. Ses muscles cependant semblaient être un peu plus détendu, tandis que sa poitrine se soulevait doucement sous sa respiration lente et calme. D'un mouvement élégant et souple, Byakuya termina le thé restant, avant de reposer avec tout autant de noblesse, sur la surface dur du mur cette coupe désormais vide.


*Un contenant vide, dépourvut de toute substance.*

Songea le chef de clan, alors que ses yeux ombrageux avaient rompu le contact avec ceux de Unohana pour ne fixé qu'un point totalement imaginaire, tout en gardant un visage résolument clos et immobile. Cette tasse était aussi dénudée que ce que lui même voulait paraître insondable et froid. "Pour toi, tout ce qui ce passe dans le monde ne se dévoile pas à nos yeux sous son vrai jour." avait dit un jour Salinger...bien que cet écrivain notre capitaine n'en connaissait point les écrits. Mais .. c'était une excellente définition pour le définir. Il n'était qu'apparente et rare était les fois, où ses actes étaient pleinement comprit. La finesse et la discrétion étaient ses cartes maitresses, lorsque le carcan de son rang et de son éducation se resserrait autour de lui.

La voix de son ainée se manifesta encore une fois, et parvint ainsi à rompre ses pensées mystérieuses. Sa bouche s'articula enfin, laissant apparaitre une courte fumée s'en réchapper dans les airs sombre des prémisse de l'hiver, et formula de manière monocorde :


- Je ne crois pas qu'il soit digne de ma condition que de considérer mes collègues comme indigne de confiance. Unohana Taisho.

Il fit une courte pose, comme s'il cherchait modérément ses mots, laissant la caresse du Zéphyr lui caresser encore le visage aux traits si parfaitement impassible. Il ne remettait point en cause la valeur de chacun d'eux, à une exception prêt et en ignorant pas les quelques reproches qu'il ne proférerai jamais. Mais les paroles d'Ukitake lui paraissait importante, et donc il désirait simplement avoir une sorte de confirmation.

- Je suis tel que je dois être, rien de plus.

Phrase quasi toute faite, mais criante de véracité, tandis que ses muscles se tendirent sous la morsure du froid. Le noble s'imposa donc un exercice de base au niveau de sa respiration afin d'y remédier et reporta ses orbes gris acier vers le regard doux d'Unohana, avec un respect qui lui était due. Par simple réflexe, Byakuya avait opté pour une position de défense, ce qui paraissait bien paradoxale par rapport à sa demande. Cependant il s'en rendit compte et rajouta simplement d'une voix toujours aussi atone:

- La confiance est à double tranchant et peut paraître comme une faiblesse.

Et était ce une faiblesse que d'accorder plus de confiance, comme le lui réclamait Ukitake? Il n'en savait rien, et sa fierté semblait vouloir réfuter ceci. Considérant cela un pas totalement déplacer sur la route qu'il s'était fixé afin de tenir sa promesse, et son désire de la protéger.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachpendulum.forumactif.com/forum.htm
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Mer 2 Déc - 0:08

Retsu ne quittait pas des yeux le visage de son collègue, cherchant à percevoir le moindre mouvement, même infime, qui viendrait trahir une quelconque émotion C’était un « jeu » auquel elle s’adonnait depuis très longtemps, commencé au temps de Kuchiki Ginrei et qui continuait à ce jour, avec son petit fils. Retsu cherchait toujours à savoir s’il était possible de percevoir des fissures dans ce masque si parfaitement forgé et affiné par de longues années de pratique. Oh, dans 99,99 % des cas, son observation restait sans résultat. De mémoire, elle n’avait du voir à travers le masque du précédent capitaine de la 6eme division qu’u ou deux fois maximum durant les longues années où elle l’avait connu. Quant à Byakuya… Mis à part peut être l’éclat de son regard lorsqu’il avait avoué à Rukia la raison pour laquelle cette dernière avait été adoptée, alors qu’il était blessé après avoir pris le coups mortel de Gin à la place de sa sœur… Oui, cela devait être la seule fois. Décidément, l’éducation stricte des Kuchiki étai vraiment impressionnante, mais pas forcément dans le sens positif du terme. Quand elle repensait au garçon qu’était Byakuya, au tant où il courrait après Shihouin Yoruichi pour lui prouver qu’il pouvait être aussi rapide qu’elle… ce temps semblait si irréel et éloigné, à présent…

Ses yeux suivirent le mouvement de Byakuya lorsque ce dernier reposa sa tasse à présent vide sur le muret, entre eux. Il fixait le récipient vide comme si l’intérieur de ce dernier recelait un mystère ou une vérité fondamentale et irrésistible. Faisant semblant de ne rien avoir remarqué, Retsu continua, interrogent à son tour son vis à vis, cherchant à comprendre sa manière de voir les choses. Ses mots eurent l’effet positif de tirer Byakuya des pensées probablement obscures qui l’agitaient et le poussèrent à relever le visage et à la fixer à nouveau. Retsu en profita pour s’emparer délicatement de la théière à ses côtés et de resservir son collègue, lui imposant gentiment mais sûrement une nouvelle dose de l’apaisant breuvage. De plus, avec la légère brise fraîche qui les effleurait par moment, un peu de chaleur e serait pas mal venue…

Une fois de plus, Byakuya accepta de répondre à sa question et Retsu l’écouta sans mot dire, reposant la théière sur le muret, et s’emparant de sa tasse pour en savourer une nouvelle gorgée. Sa condition. Probablement la préoccupation principale des 4 grandes familles nobles. La primauté de la condition et de l’image à présenter au monde. Enfin, en excluant le cas Yoruichi. Cette dernière en effet n’avait jamais sembler porter grand intérêt à ces principes probablement fondamentaux chez les grandes familles du Seireitei. Ainsi, la réponse formatée de Byakuya ne la surprit pas vraiment, se contentant de la désoler légèrement, même si son visage n’exprima pas ce fait. Son regard peut être, exprima une légère compassion, mais cela ne dura pas. La compassion n’était pas quelque chose qu’un membre de la noblesse, qui plus est le chef du clan Kuchiki, accepterait comme lui étant adressé.

Néanmoins, sa conclusion sur sa manière d’être accentua ce sentiment et Retsu ne put se retenir de répondre doucement.

« Il est à la fois très facile et extrêmement difficile d’être la personne que notre condition nous impose d’être. Il faut à la fois se laisser porter par le courant et luter à chaque instant pour maintenir la tête hors de l’eau… »

Elle souffla doucement, agitant la surface de son thé. Son regard, qui s’était momentanément détourné, revint s’ancrer dans celui de Byakuya, emprunt de toute la douceur du monde.

« Mais parfois, certains prennent la décision d’aller à contre courant. Ils ressentent cette envie, ce besoin presque, de défier l’élément naturel, quand bien même la difficulté serait encore bien plus grande. Et pour ces personnes qui ont connu ces deux efforts, qui sont allées à l’encontre du courant et dans son sens, il n’est jamais facile de choisir quel sens poursuivre par la suite et de se tenir à ce choix…»

Derrière toutes ces images, Retsu évoquait tant la situation de Byakuya que la sienne. Elle savait que Byakuya était déjà allé, par deux fois, à l’encontre des exigences de son clan, pour Hisana et Rukia. Les deux fois où il avait affronté le courant. Quant à elle-même… Les choses n’avaient jamais été simple non plus, pour elle, même si elle n’avait pas eu à subir le joug d’une réputation noble à préserver. Oui, elle aussi avait eu à affronter le courant, dans un sens et un autre…

Les mots suivants de Byakuya la tirèrent de ses souvenirs et son regard qui s’était fait légèrement lointain se focalisa à nouveau pleinement dans le présent. La confiance… En effet, elle ne pouvait nier qu’elle pouvait être une chose à la fois belle et fragile, parfois dangereuse. Les évènements avec Aizen l’avait prouvé.

« Il est vrai q’accorder sa confiance peut être considéré comme une preuve de faiblesse. Faire confiance à quelque c’est lui donner la possibilité de nous atteindre, de nous blesser. Pourtant, l’être humain ne peut se retenir d’accorder même une fraction de confiance à ses semblables. Même à une seule personne. Faire confiance, c’est effectivement pendre des risques, mais en général, le bénéfice que l’on peut en retirer dépasse la valeur de ces risques. Regardez, même Zaraki-taisho qui déteste la faiblesse ne peut s’empêcher d’accorder une certaine confiance à Kusajishi-fukutaisho, ou encore à Madarame-san et Ayasegawa-san… »

Elle s’interrompit pour prendre une nouvelle gorgée de thé.

« La confiance est un lien qui nous uni à notre prochain. Elle est un risque qu’il faut savoir prendre, à un moment ou à un autre. Car l’être humain n’est pas fait pour être seul… »

Non, nul ne pouvait vivre et s’épanouir dans la solitude, coupé du monde qui l’entoure et de ceux qui sont prêt à tendre une mains chaleureuse et amicale… Retsu s’était peut être égarée, éloignée du sujet d’origine, mais elle n’avait pas pu s’empêcher d’exprimer ses convictions personnelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuchiki Byakuya
Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
• Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
avatar

Masculin Messages : 508
Age : 35

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
938/6000  (938/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Mer 2 Déc - 14:45

C'est dans un silence des plus absolus que Byakuya écoutait les paroles de son ainée. La lune dans le ciel si dépourvut de nuage continuait sa course, seule témoin de cet entretient si rare, accompagnée par le vent qui par intermittence se jouait de nos protagoniste. De ses yeux ombrageux, le noble dénota la façon dont Unohana versa à nouveau le thé encore fumant, en sa coupe vide. C'était là une invitation silencieuse mais contrainte, comme pour signifier qu'elle avait perçut son trouble à travers sa cuirasse si parfaite. Seul, un mouvement très léger de sa tête marqua un remerciement de sa part, tandis que de ses mains gantées le chef de clan, s'empara de son contenant, laissant à nouveau la douce chaleur se déverser en ses membres..chassant quelque peut la lassitude de la journée. L'arôme lui parvenait une fois de plus en ses narines, alors que le silence serein était retombé. Byakuya n'éprouvait point le désir de le rompre, car son esprit se replongea dans ses réminiscences. D'un mouvement automatique, il leva la tasse à ses lèvres et captura en sa bouche le liquide salvateur, qui se répandit en son être comme un bien fait. Son regard caché à demi par les mèches noires de ses cheveux, bien qu'indiffèrent eurent une furtive absence, sous le masque de l'impassibilité.

Lutter contre le courant avait elle dit... Oui cela était une chose qu'il connaissait, qu'il avait vécu et ce par deux fois. La première fut en effet, avec Hisana. Cette femme si douce, qu'il éprouvait sans cesse ce sentiment de devoir la protéger, du fait de sa maladie sans cesse grandissante. Jamais il ne lui en avait voulu pour ne point lui avoir pleinement rendu son amour, car il comprenait son obstination à retrouver sa soeur. Combien même il lui rappelait parfois de ne pas trop se surmener. Par ailleurs, Hisana n'avait jamais désiré son aide pour les recherches, car elle estimait que c'était là son devoir à elle, et non à quiconque. Son sourire lui revint....ses gestes simple et si noble pourtant..le timbre de sa voix..combien de fois croyait il encore la ressentir près de lui en sa couche... son lit désormais trop grand pour lui même et si vide. Cette absence qui jamais ne disparaitra de son être...

Une fois de plus ses lèvres gouttèrent au liquide chaud et a l'arôme si tendre, comme désirant avidement y trouver un réconfort plus que discret, vis à vis de son hôte. Celle ci gardait son aspect calme et doux, tandis qu'elle semblait l'observer sans indiscrétion, toute fois. Non Le noble n'avait jamais regretter cela, car il avait agit en son coeur. Ceci avait eu pour prix que de l'emprisonner un peu plus dans le carcan de son devoir envers le clan. C'était ce qui l'avait poussé à faire cette seconde promesse, qui sans le savoir ce jour là, allait le mettre dans la pire des indécisions, quelques années plus tard. Ses paupière se fermèrent lentement, comme pour laisser ses sens savourer la chaleur du thé, mais ce n'était que pour entrevoir de manière fugace, la vision d'une lame qui s'enfonçait indubitablement en son sein, alors que de sa main il avait tenter d'amoindrir sa puissance, en serrant sa poigne. La douleur avait été si vif, que ses jambes ne l'avaient plus soutenues, et s'était retrouver à genoux..ressentant à peine une douce et inquiétante étreinte autour de lui, la voix de Rukia résonnant faiblement en son esprit plonger dans l'ombre, soudainement. Bien que ses yeux se dévoilèrent à nouveau à la réalité, le capitaine de la sixième Division, ressentait encore cette douleur en son sein, alors qu'il ne restait plus qu'une fine cicatrise sur sa peau si pâle, cachée par le haut de son uniforme.

Ses doigts se resserrement un peu plus autour de la coupe, recherchant encore un peu de bien être, alors que le vent souffla encore de sa froideur en son visage si impassible. La voix de sa collègue reprit alors en lui présentant quelques exemples de ce qu'elle tentait de lui soumettre, puis elle ne termina pour conclure que nulle personne n'était destiné à vivre seul, car ceci était impossible. Voila bien une chose qui laissa un peu pantois notre Taisho, car la solitude était devenu plus qu'une compagne pour lui. Mais en était il heureux pour autant? la réponse venait d'elle même. Non. Bien sur..il n'était point malheureux non plus. Mais pas heureux. Avant toute cette histoire d'exécution, il se complaisait à croire en sa solitude, et n'avait pas vraiment cure de ce que pensait Rukia. Il se contentait d'agir dans l'ombre afin de respecter la volonté de feue son épouse...refusant d'observer plus longtemps qu'il ne fallait, ce visage si ressemblant au sien. C'était une blessure et à la fois une joie trompeuse, quand il la croisait dans les couloirs où durant les repas.Evidemment, sa soeur avait prit cela pour du mépris, mais en vérité ce n'était qu'une manière, afin d'éviter d'être blessé une fois de plus.

Mais depuis cette histoire, le noble s'était montrer plus attentif envers Rukia, bien que cela restait absolument implicite et nullement affiché. Pourtant les faits étaient bien là, depuis qu'il avait avoué la vérité sur la volonté d'Hisana envers sa soeur. Ce jour qui eut pour témoin Unonhana elle même...d'ailleurs jamais elle ne lui avait reparler de cela et dans un sens il lui en était reconnaissant. Ce geste d'humanité, c'était surement le seul qu'il ferait ouvertement dans toute son existence. C'est avec élégance et contrôle que Byakuya reposa sa coupe à demi vide sur la surface rude du muret, tout en gardant sa position si parfaite, puis proféra d'une voix monocorde tout en portant son regard anthracite sur le visage si agréable de son ainée.


- La solitude est pourtant une compagne bien plus fidèle que la confiance. Cependant je comprends vos paroles.

Sa voix mourut comme elle était venue, observant le silence. Chose peu étonnante de notre noble capitaine, qui n'était pas reconnu pour être un bavard. Cependant, même si pour une fois sa promenade en solitaire avait été un peu bousculer en son habitude, il ne pouvait point renier que cela lui semblait agréable d'être en sa présence. Peut être est ce parce qu'il voulait faire en sorte d'avoir compris les paroles d'Ukitake, ou bien par réserve afin de ne rien dévoiler de ses intentions protectrice envers sa jeune soeur, Byakuya ne formula aucune question quand à l'état physique de cette dernière, il y avait de cela maintenant quelques jours.

_________________




Dernière édition par Kuchiki Byakuya le Dim 6 Déc - 12:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachpendulum.forumactif.com/forum.htm
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Sam 5 Déc - 21:11

Retsu ne l’avouerait jamais à voix haute, tenant à la vie même si elle savait que Byakuya ne se servirait pas de Senbonzakura seulement pour ça, mais elle éprouvait beaucoup de peine pour son collègue. Oh, elle savait que Byakuya n’était pas vraiment malheureux avec la vie qu’il menait. Il était né pour être ce qu’il était aujourd’hui. Il avait reçu l’éducation nécessaire à son rôle du chef de clan Kuchiki. Mais la solitude qui était la sienne… et qu’il disait apprécier… Oh, elle comprenait son raisonnement. Elle-même avait connu cela, un temps. Après avoir perdu des personnes chères, elle s’était aussi murée dans sa solitude, arborant toujours ce même visage serein et souriant, alors qu’intérieurement, la souffrance la rongeait doucement. Elle avait eu besoin de temps et de solitude pour guérir et se reconstruire. Cela lui avait pris du temps, mais elle avait vaincu, et avait recommencé à apprécier la présence des personnes qui l’entouraient. Kyoraku et Ukitake, d’abord, ses plus anciens camarades. Yamaoto, même si les attentions de ce dernier étaient plus discrètes. Puis l’arrivée d’Isane avait créé un nouveau lien qu’elle ne regrettait à aucun moment…

Oui, elle avait échappé à la solitude et se sentait navrée qu’il n’en soit pas de même pour Byakuya. Oh, comme elle l’avait pensé plus tôt, ce dernier ne voyait pas les choses ainsi,il le lui avait fait comprendre. Mais elle trouvait ça dommage tout de même. Elle retint un soupir. La perception du monde de Byakuya n’était pas la même que la sienne, leurs situations étaient différentes, il n’y avait rien à faire. Elle n’avait pas le même masque à porter que Byakuya. Le sien n’impliquait pas de se distancer du reste du monde. Byakuya avait eu l’honnêteté de lui répondre, aussi se devait-elle de reconnaître ses propos.

« Tout comme je comprends les vôtres, même si je ne partage pas votre vision des choses. Ce qui n’est point étonnant. Les mêmes attentes et exigences ne pèsent pas sur nos épaules respectives… »

Elle lui adressa un nouveau sourire chaleureux, puis prit une nouvelle gorgée. Une légère brise se fit à nouveau sentir, faisant voleter le bord de son haori et quelques mèches qui avaient fini par s’échapper de sa tresse. Elle laissa le silence les envelopper. Ce dernier n’était nullement pesant,, mais plutôt agréable et reposant. Byakuya n’était pas d’ordinaire un grand bavard, et Retsu était agréablement surprise de le voir plus détendu en sa présence et plus loquace qu’à son habitude. De son point de vue, il ne pouvait qu’être bénéfique pour le capitaine de la Sixième Division de se laisser aller de temps et temps, et de discuter ainsi. Oh, elle savait parfaitement que Byakuya était en « mode » officiel, avec elle en ce moment, mais il était un peu, un tout petit peu, moins guindé et distant qu’à son ordinaire. Et elle appréciait ce fait à sa juste valeur. Byakuya n’agissait pas ainsi avec tout le monde. S’il baissait un peu, même un tout petit peu, sa garde avec elle, elle ne pouvait que s’en sentir touchée et apprécier à sa juste valeur cette preuve de… confiance, même si Byakuya réfuterait ce mot.

Elle continua à observer du coin de l’œil le profil de son collègue. Elle se demandait bien à quoi il pouvait penser, mais ne s’aventurerait pas à émettre de hypothèses De toute manière, cela ne la concernait pas. Néanmoins, il y avait une chose qu’elle avait entendu dire. Quelque chose qui pourrait peut être expliquer en partie le comportement de Byakuya. Elle prit une nouvelle gorgée de thé avant de reprendre la parole.

« J’ai entendu dire que Rukia-san repartait bientôt en mission... »

Oh, elle avait conscience de mettre les pieds dans le plats. Avec douceur, comme pour le reste, mais dans le plat tout de même, et volontairement. Elle était curieuse de connaître la réponse de Byakuya. Oh, elle la connaissait déjà, mais elle était curieuse de voir s’il lui répondrait ou s’il préfèrerait mettre ici un terme à leur conversation. Elle ne lui en tiendrait nullement rigueur, bien entendu. Mais elle voulait aussi lui faire comprendre que s’il voulait en parler, elle était tout à fait prête à l’écouter, sans porter de jugement ou sans la moindre intention de rapporter les mots qui pourraient franchir se lèvres. Une fois de plus, elle plaçait la balle dans le camps du capitaine de la Sixième Division, avec toute la liberté d’en faire ce qu’il désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuchiki Byakuya
Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
• Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
avatar

Masculin Messages : 508
Age : 35

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
938/6000  (938/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Dim 6 Déc - 0:46

Une fois de plus la brise se manifesta entre eux, et une feuille jaunit par le temps, virevolta de manière presque agonisante, avant de choir juste devant les genoux du chef de clan. Son apparence n'était plus si aguicheuse..si juvénile et pleine de fierté.. non.. ses forces semblaient avoir fuit cette enveloppe, désormais racornie par la fin de l'automne. Ses rainures n'arboraient plus se teint vert et cette fougue...seulement un aspect si fragile qu'il suffirait d'un mouvement pour la réduire en poussière. C'était sans nul doute l'une des dernières victimes causé par l'arrivée de l'hiver... La feuille gisait donc, là, sur ce muret, à quelque centimètres de Byakuya, qui l'observait de ses yeux ombrageux et neutre. Telle une mendiante, la victime de ce cycle naturel, émettait des soubresauts, attestant sa vaine lutte contre cet élément si fugace et insaisissable qu'était le vent. Odieux Zéphyr qui par son orgueil n'emportait point qui veut et en tout lieux sans se soucier de la destination. Le noble ne fit cependant aucun mouvement envers cette feuille qui se recroquevilla un peu plus sur elle même. Soudain, les bras invisibles du vent s'emparèrent de leur cible affaiblit par les temps, et la soustraire de son support.. La feuille s'éleva donc dans les airs et s'en fut en volutes désordonnées sur les toitures des bâtisses formant le Seireitei. Pourtant même si le noble semblait si indiffèrent au destin de celle qui s'était un instant posé sur sa route, intérieurement ce n'était point le cas. Car bien malgré les apparence, et peut être à cause de la discussion, Byakuya avait entrevu en elle, ce qu'était Hisana...une fragilité si frappante et si douce, qu'on ne pouvait désirer qu'une chose. La protéger...mais malgré toute sa force, elle lui avait été arrachée.

D'un battement de cil qui semblait pourtant si naturel et nullement forcé, le noble chassa cette pensée fugace et morne de son esprit, et souleva à demi sa coupe, comme pour la porter à ses lèvres asséchées. Au contact du thé, le capitaine ressentit l'agréable humidité à peine tiédit humecter sa bouche, avant de se déverser en son gosier avec bienfaisance et apaisement. Tout en ce faisant, il pouvait entendre Unohana lui rétorquer non sans douceur, qu'elle ne partageait pas vraiment son point de vue, malgré qu'elle semblait comprendre ses paroles. Il était si simple de comprendre les mots de Byakuya..mais plus difficile de comprendre ses actions si implicites et déroutantes par moment. Cependant, notre chef de clan ne désirait pas vraiment être comprit, tant que ses actes suivaient les traces du devoir et de son honneur. D'une gestuelle des plus adéquate, le noble Taisho reposa son contenant sur le muret. Ce faisant, le liquide eut un sillon circulaire en sa surface, révélant à demi, la lune qui arborait les cieux dénudés de nuages, de sa présence si veule. Les minutes passèrent sans que nul ne prit la parole, laissant le silence s'installer. Byakuya ne ressentait point encore la subtile morsure de la fatigue en ses muscles et articulations. Sans doute à cause du thé.

Ses yeux absolument insondables ne fléchirent point, lorsque son ainée entreprit de lui parler d'un sujet que chacun savait épineux. Cependant, Byakuya n'était pas dépourvu d'intelligence pour ne pas voir en cette phrase une question non formulée.. C'était à la fois subtile et grossier, car nul n'ignorait sa réponse en ce qui concernait ce sujet.Le noble et un léger mouvement du visage, afin de soustraire une mèche de ses cheveux enchâssée en son Kenseikaan qui lui barrait le regard, et offrit ainsi à Unohana une allure parfaitement impassible, alors que son menton se soustrayait à son écharpe qui lui offrait une certaine protection contre l'air frai de cette nuit. Ses lèvres s'animèrent enfin, laissant transparaître un ton simple et monocorde.


-Je crains que vous ne fassiez erreur, Unohana Taisho. Rukia est déjà en mission.

Contre toute attente, il n'avait point formulé une phrase toute faite, qui aurait souligné sa position défensive, mais avait opté pour une tournure plus précise sur les évènements. Sa jeune soeur était en effet de nouveau sur Terre, et là savoir avec cet humain aux cheveux roux ne lui plaisait guère. Il ne l'affichait pas vraiment bien entendu, mais son dédain était tout de même présent.....ou l'était il tout simplement avec tout le monde. Même s'il savait qu'elle ne risquait pas grand chose dans ce genre de mission, le fait est qu'Ichigo était un aimant à ennuis et cela aussi n'était point pour lui plaire. De plus, c'était un peu pour cela qu'il n'était point si pressé de rentrer en sa demeure. Même s'il ne partageait que peu de chose avec Rukia, il fallait avoué que sa présence était un peu plus agréable que ses seules pensées. Ses doigts se refermèrent à nouveau sur sa tasse arrondie, et fut surpris de ne plus ressentir cette chaleur...elle s'en était allée...affaiblit par le froid ambiant qui était pourtant supportable. Ignorant cela Byakuya en but encore une gorgée, et s'évertua à reprendre la parole tout en observant les réactions de son hôtesse. Non pas qu'il cherchait à la tester..mais ce jeu du chat et de la sourit, lui interdisait tout repli, car cela signifierait sa propre fuite. Chose bien peu enviable pour sa fierté.

-Pourquoi un tel intérêt sur la question?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachpendulum.forumactif.com/forum.htm
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Mar 8 Déc - 16:32

Tournant son visage complètement vers Byakuya, Retsu observait ses réactions tout en buvant son thé. Enfin, réaction était un bien grand mot, car, fidèle à son masque et à sa réputation, le capitaine de la Sixième Division n’eut rien qui put trahir ce qu’il pensait des propos qu’elle avait prononcés. Vraiment, il était impressionnant de voir la maitrise de soi que possédaient les membres du clan Kuchiki. Même confronté à un sujet aussi délicat, il restait impassible. Bon, en abordant le sujet « Rukia », Retsu avait peut être sabordé tous les efforts qu’elle avait fait pour aider Byakuya à se détendre. Mais bon, il fallait parfois savoir mettre les pieds dans le plat, et la capitaine savait depuis longtemps le faire avec chaleur et douceur. Paradoxal, mais vrai.

Néanmoins, la réponse formulée par Byakuya exprimait bon nombre de chose, pour qui savait écouter et analyser. Comme elle l’avait pensé, le chef du clan Kuchiki était loin d’apprécier l’idée de savoir sa sœur en mission sur terre. Craignait-il pour sa sécurité ? Probablement. Mais Rukia savait se défendre, et même si elle tombait sur un adversaire puissant, comme un arrankar, elle n’était pas seule. Il y avait Kurosaki et ses amis. A moins que cela soit ce fait qui dérange réellement Byakuya. Kurosaki Ichigo. Un jeune homme plein de surprise qui ne laissait personne indifférent, dans le positif ou dans le négatif. Quoi qu’il en soit, Rukia et Ichigo s’entendaient bien. Une profonde amitié les liait, si bien sûr il ne s’agissait que d’amitié. Et dans ce cas… Retsu pouvait aisément deviner les réactions d’une famille aussi noble que celle des Kuchiki. Elle réprima un petit sourire amusé à cette idée. Oui, les Kuchiki ne devaient pas apprécier du tout.

Elle interrompit le cours de ses pensées quand Byakuya riposta. Avec calme et noblesse, mais une riposte quand même. Retsu adopta alors son expression la plus douce et amicale, étirant légèrement son sourire tout en posant sa tasse à côté d’elle. Puisqu’elle avait commencé à aborder les sujets importants directement, autant continuer avec franchise, ou du moins, autant que possible.

« Peut être parce que je soupçonne ce fait d’être à l’origine d’au moins une partie de vos tracas. Et qu’en tant que capitaine de la quatrième Division, et donc en tant que médecin principal du de la Soul Society, j’ai tendance à vouloir essayer d’apaiser toutes les souffrances ou tracas, mêmes moraux. Je vois sûrement trop large, j’en conviens, et je comprends aussi que l’on puisse trouver que je me mêle parfois de ce qui me regarde pas… En général, j’essaie de rester discrète, mais je ne peux me résoudre à rester inactive vis à vis de mes collègues… »

Son intonation n’avait nullement fluctué durant son discours. Pas un mot plus haut que l’autre, juste une grande honnêteté, baignée de calme et de douceur. Peut être une petite pointe d’humour, à un moment, car Retsu était tout à fait consciente de vouloir trop en faire. Mais il était vrai qu’elle n’aimait pas voir souffrir les gens sans rien faire. Mais si la souffrance en question était infime et mentale. Retsu connaissait les limites à ne pas franchir, en général, ce qui ne l’empêchait pas de parfois passer outre allégrement, ce qui lui était toujours pardonné, ou du moins, personne ne s’ne plaignait ouvertement. Elle ne comprenait pas pourquoi, d’ailleurs. Elle avait parfois l’impression que les autres avaient peur d’elle, mais elle ne savait absolument pas pourquoi…

« En voulez-vous à Ukitake-taisho ? »
Elle avait enchainé, sans quitter Byakuya du regard, son doux sourire flottant toujours sur ses lèvres.

« Et si c’est le cas, que lui reprochez-vous, exactement ? »

Retsu ne cherchait pas à porter de jugement. Peu importait ce que Byakuya allait répondre, s’il le faisait d’ailleurs. Elle ne se posait pas en juge et juré, encore moins en bourreau. Elle exprimait seulement une sincère curiosité et un réel intérêt.


Dernière édition par Unohana Retsu le Ven 11 Déc - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuchiki Byakuya
Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
• Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
avatar

Masculin Messages : 508
Age : 35

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
938/6000  (938/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Mar 8 Déc - 23:10

Un silence se manifesta entre nos deux protagonistes. Byakuya avait parfaitement été concis en sa demande, tout en ignorant point qu'il portait là une estocade. Son regard ombrageux et neutre ne s'effaça point devant celui de sa collègue qui sembla réprimer un petit sourire. Ce n'était là qu'une impression sans doute. En tout cas le noble n'en formula pas plus, avant de détourner brièvement ses pupilles grises acier envers sa coupe à demi vide. D'une gestuelle élégante, et ne trahissant aucune tension, alors qu'au fond de son être les prémisses de la frustration étaient plus que présentes. Le contact fut froid entre ses lèvres pâles et le rebord de porcelaine, mais très vite cette sensation fut remplacée par le chaud liquide qui envahit sa bouche, pour s'immiscer en sa gorge un peu sèche. Alors qu'il amorçait le retrait de sa tasse, Unohana Taisho, qui n'avait pas terminé son observation sur sa personne, lui répondit enfin. Ses mots se déversant avec fluidité et sans accroche, et donc sans moquerie aucune, mais pourtant bien étonnants...

Le visage de notre chef de clan, se trouva marqué par le haussement de l'un de se sourcils, devant le constat de ces paroles qui apparemment stipulaient qu'il était tracassé?...la belle affaire. Dans un sens ce n'était pas réellement faux. Il n'aimait pas savoir Rukia dans le monde des vivants avec ce garnement. Mais il ne pouvait pas nier non plus qu'il devait beaucoup à ce dernier. De ses doigts, Byakuya écarta définitivement la tasse de son visage, mais la garda tout de même en mains, profitant inconsciemment de la chaleur qui y résidait encore. Les mèches emprisonnées par le Kenseikaan, furent écartées furtivement par le vent qui soufflait la venu de l'hiver, dévoilant un peu plus son visage qu'il tenta de masquer à nouveau sous la joug de l'impassibilité.


-Mes tracas comme vous le soulignez ne sont point de votre intérêt cependant et je vous prierai que cela reste comme tel.

Sa voix avait cette fois si résonné avec une froideur calculée qui ne semblait pourtant pas irrespectueuse. Ce n'était là qu'une forme d'avertissement, alors que discrètement le noble s'évertua à fermer les yeux un instant, comme pour mieux se concentré à soustraire de ses muscles, la frustration qui était encore bien présente. Il respectait énormément le capitaine de la quatrième Division, et il avouait aussi intérieurement qu'elle lui faisait peur par moment, mais cela ne l'empêchait pas d'éprouver une certaine colère lorsqu'elle tentait de le faire parler. Bien entendu ce n'était jamais de manière directe...tout comme lui même ne montrait ses sentiments. Mais chose à laquelle il ne s'attendait point alors que ses orbes ombrageux se dévoilaient enfin pour se confronter à celles de sa collègue, fut qu'elle avait reprit la parole bien plus rapidement qu'il ne l'aurait voulut pour lui poser deux questions. Interrogation qui le laissèrent muet pour ainsi dire, car ses lèvres restèrent résolument clos, alors que de ses mains gantées il reposait sa coupe partiellement vide sur le muret.

Il était surprenant que cette femme est put déduire en seulement quelques phrases de sa part, qu'il s'était en quelque sorte querellé avec Ukitake, il y avait de cela quelques jours. Enfin, querellé est un bien grand mot....Disons une légère et courte friction, due à un manque d'information....ou de confiance? Comme le lui avait formulé de manière fort implicite le capitaine de la treizième Division. Cette pensée eut le dont d'accroitre encore sa colère pourtant si camouflé en son reiatsu qui ne semblait pas plus perturbé que son être physique.... Il lui avait été si simple de comprendre par le biais de cette information sur la mission de sa soeur, pour en déduire qu'il avait eut cette dispute, pourtant sans grand impacte. Par sa question,Byakuya savait où Unohana voulait en venir. Lui en vouloir.... Pourquoi? pour avoir envoyer Rukia sur terre? de quel droit pouvait il s'y opposer. Ce n'était pas là sa place. Sa respiration se fit plus lente en son sein, laissant le vent agacer ses cheveux parfaitement maintenu, et ne rompant pas un seul instant ce contact visuel si intense. Une fois de plus sa voix s'éleva dans les airs nocturnes du Seireitei, mais cette fois si dépourvut de toute froideur..gardant un aspect atone :i


- Je n'éprouve aucune remontrance envers Ukitake Taisho et si j'en avais, je les lui formulerai en personne, vous ne croyez pas?

Ce qui était vérité. Kuchiki Taisho avait bel et bien démontré sa frustration envers son collègue de la treizième, personnellement et sans témoin. Mais celui qui avait eut le dessus ne fut point celui que l'on croit. Dans un sens celui qui avait fait le plus part de sa frustration avait été le capitaine Ukitake, mais cela il ne pouvait pas lui en vouloir, pas en sachant le rang que lui même occupait.

- Vous vous leurrez d'interlocuteur sur ce point.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachpendulum.forumactif.com/forum.htm
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Sam 12 Déc - 0:18

Retsu avait parfaitement conscience de s’être aventuré sur un territoire miné aussi ne fut-elle nullement surprise de la rebuffade de son collègue. Byakuya s’était montré étrangement conciliant jusque là, peut être parce que Retsu était la capitaine la plus apaisante et neutre du Seireitei. Oui, elle essayait de rester le plus neutre possible, traitant ses collègues de manière égale, de même pour tous les autres shinigamis. Oh, cela ne signifiait pas qu’elle n’avait pas ses propres opinions et qu’elle ne désapprouvait jamais le comportement des autres, prétendre cela serait mentir. Mais elle savait en général faire abstraction de ses sentiments personnels. C’était une des raisons qui faisaient d’elle un des capitaines les plus appréciés de la Soul Society. Ça, et parce que c’était grâce à elle et à ses hommes que les shinigamis de tout rang évitaient de passer définitivement de vie à trépas, sauf cas exceptionnels où le blessures étaient incurable ou qu’elle arrivait trop tard, bien sûr. Toutes les morts ne pouvaient être évitées, pour son plus grand désespoir.

Ainsi donc, Retsu s’attendait à voir Byakuya réagir à ses propos et ne fut pas déçue. Le ton polaire n’eut cependant aucun effet sur elle. Il en fallait bien plus pour la déstabiliser, tout le monde le savait. Même Zaraki dans ses meilleurs jours ne pouvait la faire ciller. Elle décida cependant de ne pas pousser le sujet plus en avant, ne voulant pas que Byakuya se referme à nouveau totalement comme une huître d’ivoire. C’était que cela pouvait être plus têtu qu’un troupeau de mules ou qu’un shinigami remplaçant, un Kuchuki qui s’enferme dans sa tour glacée de fierté.

« Je comprends. Et je vous fais confiance pour savoir gérer à la perfection cette situation. Veuillez pardonner une curiosité et une inquiétude amicale que vous trouvez déplacée. »

Retsu ne mentait pas, dans le sens où elle ne souhaitait réellement pas vexer Byakuya. Cependant, ses inquiétudes, même si le mot était un peu trop fort, pour son collègues étaient réelles et sincères. Elle aurait sincèrement voulu pouvoir aider le capitaine de la Sixième Division, ne serait ce qu’un tout petit peu. Mais puis que ce dernier lui avait expressément signalé que ce n’était pas là sa place, elle n’insisterait pas.

Elle se resservit un fond de thé avant de mettre pour de bon la théière. Il n’était pas bon non plus d’en abuser. Si Byakuya en revoulait, elle le resservirait sans protester, mais dans une certaine proportion également. Elle but une nouvelle gorgée, profitant du silence un moment, fermant brièvement les yeux, cherchant la manière la plus diplomatique d’aborder les choses. Le sujet de la discussion antre Ukitake et Kuchiki était également épineux, elle le savait, mais elle avait voulu savoir tout de même. Il fallait à présent apaiser la situation.

« Non, je ne me trompe point d‘interlocuteur. Je connais Ukitake-taisho depuis bien longtemps, et sa manière de penser et d’appréhender les choses ne m’est pas étrangère. Je souhaitais juste connaître vos sentiments à ce sujet. Une fois encore, j’ai parfaitement conscience de me mêler de choses qui ne me regardent pas, mais je n’ai point pu m’en empêcher. »

Son sourire s’étira légèrement, se faisant amical.

« Comme je vous l’ai déjà dit, je cherche juste à essayer de voir le monde de votre point de vue, afin de mieux comprendre votre manière de penser et ainsi faciliter nos interactions. Cela peut paraître déplacé, mais c’est ainsi que je fonctionne. Nous nous entendons mieux avec les personnes que nous comprenons, ne pensez-vous pas? »

Elle reporta ensuite son attention sur les bâtiments du Seireitei presque endormis qu’elle distinguait faiblement, plus loin. L’activité ralentissait et chaque Division s’était préparée au passage de la nuit. L’espace d’un instant, l’image de son lit se matérialisa dans son esprit. Oui, elle savourerait pleinement le moment de se coucher et de mettre de côté, l’espace d’une nuit, toutes ses préoccupations. Mais ce n’était pas encore le moment. Elle voulait encore profiter un peu de sa soirée. Elle pensa soudain à quelque chose. Puisqu’elle avait mis un pied sur le territoire privé et miné de Byakuya, autant égaliser les choses.

« Je ne sais pas si le sotaicho a prévenu les autres taisho mais… J’ai rencontré Tosen Kaname au Rukongai, ce matin… »

Elle prit une nouvelle gorgée de thé, le regard posé quelque part dans le lointain, même si elle surveillait les réactions de son collègue du coin de l’œil, presque de manière machinale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuchiki Byakuya
Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
• Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
avatar

Masculin Messages : 508
Age : 35

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
938/6000  (938/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Dim 13 Déc - 17:40


Byakuya ne retoucha point sa tasse, observant un calme impassible Unohana qui certifiait qu'elle ne s'était point trompée d'interlocuteur, tout en prétextant que cela était due à l'inquiétude amicale et aussi parce que selon sa logique, elle voulait comprendre sa façon de voir les choses. Le comprendre en quelque sorte. uhm....le comprendre s'était le connaître et dans un certain sens ce n'était pas une chose véritablement recherché par notre chef de clan. Non pas qu'il appréciait que l'on se fourvoie sur ses attentions et sur sa droiture, mais il ne désirait pas non plus que l'on s'avise à trop comprendre son comportement. Car ainsi, son masque ne serait plus d'aucune utilité. Une apparence si dépourvut de sentiment...et si longue à mettre en place. De file en années cela était devenue comme une seconde peau et un automatisme absolument surprenant, quand on se rappelait, du moins pour certains, ce qu'était Byakuya durant son adolescence.

Le souffle du vent survint dès lors, soulevant ses mèches sombres qui parfois lui barraient le regard. Un regard neutre, et qui ne trahit pas une seule seconde cette tension qui habitait son corps. C'est en silence, que ses oreilles continuaient d'écouter les paroles proféré sur un ton doux et nullement impressionné par sa dernière rebuffade. Quoi de plus étonnant de la part de cette femme qui n'était pas son ainée pour rien. Il observa discrètement sa manière de porter à ses lèvres ce qui était sans nul doute sa dernière tasse, et profita de son silence, pour prendre une inspiration qui se voulait apaisante. Ses muscles se détendirent enfin, et la frustration se trouva minimisé en son sein. Sa pensé se porta sur la question d'Unohana qui n'était pas sans rappeler ce que lui avait reprocher en silence Ukitake....la confiance.. Le noble détourna un instant son regard sur un point imaginaire, juste derrière son interlocutrice et proféra, alors d'une voix atone:


-Soit. Mais je ne conçois point que l'on s'attarde à comprendre ma propre vision de ce monde.

D'un main habile et noble, le capitaine de la sixième Division s'empara de sa propre tasse et en vida le contenu d'une traite, non sans toute fois lever le coude, car ceci ne serait guère bien séant. Le liquide avait presque perdu de sa chaleur si salvatrice, mais cela restait tout de même de qualité, alors que de ses yeux ombrageux, le shinigami observait encore son ainée. Cette dernière avait reprit la parole et avait opter pour un tout autre sujet...un sujet....particulier, car Byakuya ne put retenir une fois de plus en cette conversation tardive, un haussement de sourcil. Rapidement il se ravisa, et rétorqua d'une voix neutre et monocorde:


-vraiment?.....

Il eut une courte pause, tandis qu'en son fort intérieur, l'incompréhension se mêlait à la surprise, laissant son esprit rationnel analyser cette si étrange information. Pourquoi n'avait elle point alerté quiconque? pourquoi lui en parler ainsi à lui même et ce dans un cadre privé?...Et surtout que venait donc faire ici ce traître. Le masque de l'impassibilité était parfaitement revenu sur son visage un peu pâlit par la fatigue de cette journée et ses doigts se serrèrent un peu sur sa coupe tandit qu'il l'éloignait de ses lèvres....vidée de sa contenance.


- Pourquoi n'en avoir rien révélé officiellement? que cherchait-il?

Cette fois ci il déposa la tasse sur le muret, tout en plongeant un regard neutre et emplit de sérieux en celui de sa collègue...Même s'il ne comprenait point une telle action de sa part, il ne voulait pas porter de jugement, car Byakuya reconnaissait en elle une grande sagesse et surtout une puissance bien cachée sous cette apparence si douce et à la fois...redoutable. Le froid survint encore sous la caresse du vent, mais son corps ne formula aucun frisson, tandis que son écharpe claqua en son dos brièvement.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachpendulum.forumactif.com/forum.htm
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Sam 19 Déc - 13:07

Vraisemblablement, le sujet était clos pour Byakuya. Il ne souhaitait pas continuer dans cette voie et Retsu était prête à mettre cela de côté pour le moment. Cela ne voulait pas dire qu’elle cesserait de chercher à comprendre le mode de raisonnement du capitaine de la Sixième Division. Après tout, elle n’était pas si loin du but, en apparence. Non, elle n’abandonnerait pas, comme elle n’avait pas cessé avec d’autres cas extrêmes comme Mayuri ou Kenpachi. Elle n’avait mis un terme à ses investigations avec ces deux là que lorsqu’elle avait réussi à percer une grande partie du mystère. Oh, ses méthodes n’avaient pas été les mêmes, avec ces deux phénomènes là. En effet, pensait-on réellement ces deux là capables de discuter tranquillement autour d’une tasse de thé ? Bref. Non, Retsu n’abandonnerait pas, mais elle allait laisser couler pour ce soir.

Pour confirmer son changement de sujet et pour les remettre tous deux sur un pied d’égalité quant à des sujets « personnels », Retsu évoqua sa rencontre avec Tosen, le matin même. Avec un tel sujet, elle était convaincue de tirer une réaction à son impassible collègue et elle ne fut pas déçue. Oh, Byakuya s’était rapidement repris, habitude aidant, mais le capitaine de la Quatrième Division n’avait pas manqué de remarquer sa surprise toute légitime.

« Oui, vraiment. »

Elle lui laissa le temps d’analyser l’information qu’elle venait de lui donner et d’adopter l’attitude qu’il jugeait la plus adaptée à la situation, sans l’interrompre, laissant son regard se perdre momentanément dans le lointain. Elle-même cherchait la manière de poursuivre sur ce chemin. La première question que lui posa Byakuya ne le surprit nullement. Le chef du clan Kuchiki avait à nouveau basculé en mode professionnel, poussé par la nature du sujet abordé. Retsu s’autorisa quelques secondes de silence, avant de répondre, de manière calme et posée.

« J’ai informé le sotaisho en premier lieu, comme le veulent les règles du Seireitei. Je lui ai fourni toutes les informations qui étaient en ma possession et ai répondu à ses questions. Il ‘y avait pas de réunion des taishos prévue aujourd’hui, alors je suppose que Genryusai-sotaisho a préféré attendre la prochaine réunion pour en informer le reste des taishos, le temps d’essayer de rassembler d’autres informations. Mais il ne s’agit là que de suppositions de ma part… »

En effet, malgré les siècles qu’elle avait passé à travailler avec et pour lui, Retsu ne pouvait se targuer de connaître parfaitement les rouages de l’esprit du sotaisho. Oh, elle pouvait faire des hypothèses tout à fait valables et correctes, mais elle préférait ne pas s’aventurer trop loin. Ses collègues étaient une chose. Le sotaisho une autre bien différente. Ancrant son regard dans celui de son collègue, Retsu répondit à la deuxième question.

« Quant aux motivations qui ont poussé Tosen Kaname à revenir au Rukongai malgré les risques… Je ne peux à nouveaux faire que des suppositions. Vous pensez bien qu’il n’a révélé aucune information capitale. »

Retsu repense à la discussion qu’ils avaient eu, cherchant à résumer à nouveau ses idées.

« Je ne pense pas qu’il soit revenu pour mener une quelconque offensive. Dans le cas contraire, ma seule présence ne l’en aurait point dissuadé, je suppose. Puisqu’il semblait disposer à discuter sans montrer de signe d’hostilité, j’ai essayé de le faire parler le plus longtemps possible, espérant que la Douzième Division ait repéré sa présence également. J’ai essayé de gagner du temps, mais en vain, puisque personne n’est venu. Quoi qu’il en soit, Tosen Kaname semblait plus effectuer une sorte de… pèlerinage qu’autre chose. C’est après tout dans cette partie du Rukongai qu’il a vécu, avant de devenir un shinigami… »

Retsu s’interrompit à nouveau et poussa un léger soupir.

« Malgré mes efforts, il était sur ses gardes, et je n’ai pu obtenir d’autres informations. Si j’avais essayé de le capturer dès le départ, il aurait sûrement ouvert un garganta dès le départ et serait reparti immédiatement, sans laisser la possibilité à d’éventuels renforts d’arriver. »

Retsu ne cherchait nullement à se justifier. Elle ne sentait nullement coupable, seulement légèrement agacée de la négligence de la Douzième Division. Elle s’était déjà entretenu avec le sotaisho à ce sujet et lui avait exposé ses raisons. Même si elle était un capitaine, elle n’en restait pas moins un shinigamis médecin. Cela faisait de très nombreux siècles qu’elle avait abandonné la voie du guerrier. Si certains voulaient la mépriser à cause de cela, qu’ils le fassent, elle s’en moquait. Elle veillait juste à leur rappeler de temps en temps, tout en douceur, qu’ils étaient bien contents de pouvoir bénéficier de ses compétences de médecins quand le besoin s’en faisait sentir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuchiki Byakuya
Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
• Snob-Modo | Roku Ban Tai Taisho | Empereur Blanc | Cerisier •
avatar

Masculin Messages : 508
Age : 35

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
938/6000  (938/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Sam 19 Déc - 21:49

Nulle phrase ne parvint à se frayer un passage entre ses lèvres résolument closes. Son attention entière était portée sur le visage doux et harmonieux d'Unohana. Cette dernière semblait vouloir changer la donne, comme si elle renonçait à vouloir empiéter en son territoire. Mais était ce là...la véritable raison, où bien ceci était remis à plus tard. O certes point ce soir, car cette nuit était déjà bien avancée...mais dans un tout autre moment sans aucun doute. Qu'a cela ne tienne, Byakuya n'était pas homme à ce dévoiler aussi facilement, même si'l devait le concéder, son existence était bien moindre comparé à celle de son ainée. La fumée s'était amoindrit jusqu'à disparaitre sous l'effet de la froideur des lieux. Le thé n'était plus qu'apparence....dépourvut d'arôme en cette tasse à demi vide. Un court instant le regard du noble s'y attarda avant de le redresser face au capitaine de la quatrième Division qui lui expliqua sa rencontre et le fait qu'elle en avait informé le Sôtaisho...

Vraiment cela était bien plus qu'étrange et stupide.... En effet, pourquoi revenir en cet endroit précis, alors qu'a chaque instant l'on pouvait être surprit...pour une sorte de pèlerinage, c'était prendre de biens grands risques, et une pure sottise. A moins que ce n'était là qu'une manière de provoquer. Non cela aurait été bien plus spectaculaire et non si subtile. De plus il n'y avait aucun message à proprement parler...Donc cette hypothèse était erronée. De plus comment pouvait il y avoir un tel manque de vigilance. Il ne pouvait guère lire l'expression qu'affichait Unohana, mais il pouvait déduire néanmoins qu'elle ne paraissait point ravit de la situation...

Le noble capitaine n'allait certainement pas juger sa collègue pour son action, après tout le commandant était au fait des évènement et il saura parfaitement s'il devra ou non interagir et les informer de tout ceci. Un tel jugement n'était pas une chose que Byakuya était autorisé à faire. De plus , cela ne l'étonna point de savoir que Tosen aurait user d'un mode de repli..après tout ce n'était pas un simple shinigami. Le vent froid de cette fin d'automne souffla un peu plus fort et fouetta son visage avec rudesse. Ses mèches sombres se soulevèrent, dévoilant pleinement son regard ombrageux et neutre, tandis qu'il parvint à peine à retenir un frisson lui parcourir le dos.Ses paupières se fermèrent un instant seulement avant qu'il ne profère de sa voix monocorde:


- Ceci est pour le moins étrange, d'autant que nous manquons apparemment de vigilance, pour qu'il soit parvenu jusqu'ici sans être repéré.

Tout en parlant il avait incliné très légèrement son visage sur la droite comme s'il analysait pleinement les donnés en son esprit, mais ne formula pas plus sur la question. Non simplement, et de manière noble et élégante, Kuchiki Taisho se redressa sur ses jambes, puis inclina de manière un peu plus prononcé son visage envers Unohana. Ce n'était là qu'une marque de politesse stipulant ainsi la fin de cette conversation. Ce faisant, Byakuya ressentit à cet instant la morsure de la fatigue en chacun de ses muscles alors qu'il était maintenant , pleinement droit sur le muret, son écharpe fouettant son dos sous certaine petites bourrasques passagères. Ses lèvres s'entrouvrir à nouveau pour laisser réchapper une fine fumée blanche et ces quelques mots sur un ton atone :

- Je vous remercie pour le thé Unohana Taisho ainsi que pour cette conversation.

Oui en effet, car la colère et la frustration avaient quittés son esprit, pour ne laisser que la fatigue et la piqûre de l'inquiétude en ce qui concernait sa soeur en son corps. Mais au moins ce soir, cette fatigues l'empêchera de rester trop longtemps éveillé en ce lit qu'il ne partageait plus qu'avec lui même. Cette nuit était pleinement avancée...et demain sera à nouveau là, avec son lot d'automatisme et de routine. Quoi que... avec ce que venait de lui révéler sa collègue, il en sera peut être autrement. D'un mouvement leste, Byakuya retrouva le contact du sol sous ses pieds, puis s'en fut d'un pas rapide mais digne en direction de ses quartiers. Ce soir il ne dormira point au manoir....

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachpendulum.forumactif.com/forum.htm
Unohana Retsu
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
• Yon Ban Tai Taisho | Femme Medecin •
avatar

Féminin Messages : 145
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
56/100  (56/100)
Expérience:
3960/6000  (3960/6000)
Spécialisation: Kido

MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   Dim 20 Déc - 15:35

Le souffle du vent se faisait plus présent et plus frais qu’auparavant, dissipant totalement, petit à petit, les effets bienfaiteurs et réchauffant du thé. Les heures de la nuit s’avançaient doucement mais sûrement autour d’eux, suivant leur parcours perpétuels sans se soucier des deux capitaines de la Soul Society. Il faudrait bientôt songer à rentrer et prendre un peu de repos, afin d’aborder une nouvelle journée au meilleure de sa forme et les idées rendues claires par une bonne nuit de repos. Oui, il ne faudrait pas tarder. Mais pour le moment, Retsu souhaitait terminer sa conversation avec Byakuya. Ce n’étaient pas tous les jours qu’elle en avait l’occasion, après tout.

Ecoutant les propos de son collègue, elle ne put qu’acquiescer gravement. Elle aussi partageait son point de vue. Il était inquiétant de savoir que es habitants du Hueco Mundo pouvaient passer d’un monde à l’autre sans que le Seireitei n’en soit informé. Si Tosen avait été là pour répandre la mort et la destruction… combien d’âmes seraient tombées avant que l’alerte ne soit donnée ? Trop. Bien trop. Et cette l’idée l’incommodait grandement. Garantir la sécurité des âmes tant dans le monde réel qu’au sein de la Soul Society était le devoir sacré des shinigamis. S’ils ne pouvaient accomplir ce devoir, alors quelle raison d’exister leur resterait-il ? Il serait très difficile de continuer à vivre avec un tel déshonneur, une telle honte, fardeau immensément pesant sur les épaules. Certains pourraient penser qu’elle exagérait un peu, peut être en effet, mais l’idée fondatrice de cette pensée était on ne peut plus valable…

« Cela servira sûrement de leçon. J’ose espérer que la Douzième Division est actuellement en train de travailler sur cette défaillance, afin que nous ne soyons plus à l’avenir pris ainsi par surprise… »

Retsu regarda ensuite Byakuya se redresser, dépliant son corps avec grâce et élégance, fruit d’une longue éducation et d’un talent inné. Visiblement, le chef du clan Kuchiki estimait que leur conversation arrivait à son terme, et elle allait abonder dans son sens. Elle accepta d’un sourire un peu plus appuyé le signe respectueux de son collègue et continua à l’observer avec bienveillance tandis qu’il lui formulait son congé.

« Mais je vous en prie, Kuchiki-taisho, tout le plaisir a été pour moi. Et je vous remercie d’avoir bien voulu me tenir compagnie. Si jamais vous souhaitiez à nouveau converser ou bien étiez à la recherche d’une bonne tasse de thé, n’hésitez nullement. Vous savez ou me trouver. »

Elle mit toute sa douceur et toute sa chaleur dans le sourire qu’elle adressa à Byakuya. Oui, elle avait sincèrement apprécié ce moment, même s’il n’avait pas fait partis des rencontres les plus chaleureuses. Mais Retsu appréciait de passer du temps avec ses collègues, en dehors des réunions. Surtout avec ceux qui se mêlaient rarement aux autres. En silence, elle observa Byakuya quitter le muret pour rejoindre le sol, toujours avec légèreté et élégance, puis s’éloigner sans un bruit dans la ruelle pour finalement disparaître totalement dans l’obscurité nocturne.

Elle se décida alors à bouger également. Elle récupéra la théière et les tasses, les fit disparaître aussi soudainement qu’elles étaient apparues, puis se redressa. Inclinant la tête en arrière, elle contempla une dernière fois le ciel étoilé au dessus d’elle. Oui, c’était vraiment une bien belle nuit. Elle prit une profonde inspiration emplissant ses poumons de l’air nocturne, puis quitta le muret, atterrissant doucement sur le sol. Puis elle prit la direction de ses quartiers, afin de gagner son futon qui l’attendait avec la promesse d’une nuit reposante. Oui, elle devait en profiter pleinement. Le lendemain, une autre journée chargée l’attendait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par une douce nuit [PV Byakuya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par une douce nuit [PV Byakuya]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BONNE ET DOUCE NUIT
» [Higgins Clark, Mary] Douce nuit
» [Mary Higgins Clark] Douce Nuit
» Douce nuit
» Douce nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach The New World :: Soul Society :: Seireitei :: Gotei 13 :: Ruelles du Seireitei-
Sauter vers: